RDC : ALAIN DANIEL SHEKOMBA : « Il faut sortir le Congo du coma dans lequel il se trouve »

Alain Daniel Shekomba

Physicien de formation et précédemment maitre de conférence assistant à la faculté des sciences de l’université de Kinshasa,  Alain Daniel Shékomba est actuellement dirigeant d’une entreprise des télécommunications. Il a une expertise dans la création des entreprises du secteur informatique. L’ancien président des étudiants de l’université de Kinshasa,  année académique 1999 – 2000 a déclaré sa candidature pour la magistrature suprême en République démocratique du Congo. Qui est-il, quel est son parcours et son programme politiques ? Parmi une multitude de candidatures déclarées et attendues, quelle est la valeur ajoutée de ce nouveau venu en politique, leader de « Mission nouvelle » ? Quel est son poids sur l’échiquier politique congolais ? Celui qu’on a surnommé « Lumumba mis à jour » éclaire notre lanterne. Actualise-t-il pour autant les idéaux de Patrice Emery Lumumba ?

Quel est votre parcours politique ?

J’ai le parcours d’un Congolais ordinaire,  qui est né au Congo, étudié au Congo et victime des injustices sociales et inégalités mis en place par les hommes politiques sui se sont succédé dans notre pays, mais j’ai plusieurs fois été engagé dans la défense des intérêts de cette classe de congolais dans laquelle j’appartiens. C’est par reconnaissance à mes engagements en leur faveur que les étudiants de l’université de Kinshasa m’avaient déjà élu comme leur président en 1999.

Pourquoi vous lancez-vous à la course à la magistrature suprême ?

L’état de santé du pays est préoccupant. Les indicateurs clés de performances (KPI), le tableau de bord de tout manager n’est pas reluisant. Pourtant notre pays est considéré comme l’un des pays potentiellement plus riches au monde, Je vais vous présenter 5 indicateurs de la RDC avant de conclure :

Ø    87,7% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté

Ø    176 /186 pays dans l’indice du développement Humain

Ø    145 / 177 en corruption sur le plan global

Ø    155/167 en démocratie

Ø    183 /189 en matière de facilité à faire des affaires

C’est révoltant. Et ne pas s’engager à changer cela en faveur du Congolais ordinaire c’est tout simplement être complice de la destruction de notre pays et de l’extinction de notre peuple. Vous comprenez bien maintenant pourquoi, je prends le risque de quitter ma zone de confort pour m’engager en Politique. Il faut sortir le Congo du coma dans lequel il se trouve et combler les vraies attentes de la population à savoir la misère et l’insécurité. La RDC est devenue un état défaillant, incapable d’exister comme un État moderne.

Il y a des mastodontes de la scène politique congolaise qui sont également en lice. Quelles sont vos chances d’être élu en décembre dernier ?

Pour moi, être mastodonte dans un domaine, c’est la capacité d’apporter des solutions aux problèmes qui se posent dans le secteur, combler les lacunes institutionnelles, fonctionnelles et le manque de  transparence. Il y a une insécurité alarmante dans notre pays, le manque de distribution équitable des richesses nationales ne fait qu’aller de mal en pire. Dans ce tableau que je dépeins, où sont les mastodontes ? Absents mais les problèmes présents. Pour moi, personne dans la classe politique actuelle en RDC n’est mastodonte. En revanche, si vous me dites que le fait d’avoir appauvri son pays et son peuple fait d’un politicien mastodonte,  alors là je peux croire qu’il y a des mastodontes. Et si c’est ça le critère essentiel pour être candidat à la magistrature suprême de mon pays, alors là je retire la mienne car je ne remplis pas ce critère, mais je ne peux car le peuple veux  le changement,  car c’est après les consultations populaires que nous avons compris que le peuple veut se débarrasser de ceux qui l’on appauvri. Notre élection est une certitude. Pas une chance, mais une certitude. 

Vous êtes un inconnu du Landernau politique en RDC, vous vivez en partie en Afrique du sud depuis quelques années donc, loin des préoccupations quotidiennes des Congolais. Quelle est la valeur ajoutée de votre candidature ?

J’ai quitté mon pays en 2010 pour travailler et acquérir l’expérience de management à l’international,  je crois que cette expérience acquise va  profiter à mon pays et à peuple. Hormis cela, cela m’a permis d’acquérir mes avoirs sans appauvrir mon peuple comme le font la majorité de ceux que vous appelez aujourd’hui mastodontes

Je suis très au courant de la situation dramatique dans laquelle se trouve mon pays et mon peuple. Aucun de mes compétiteurs n’a proposé une proposition radicale de sortie de chaos comme celle que je propose au travers des 12 engagements. (NDLR : En annexe de cette interview).

Vous êtes le Lumumba actualisé, donc mis à jour. Est-ce à dire que le combat de Patrice Lumumba est toujours d’actualité ?

Absolument,  les idéaux de Lumumba seront toujours d’actualité aussi longtemps que nous n’allons pas bâtir un Congo plus beau que pendant la Colonisation et le léguer à nos enfants. Et pour bâtir ce Congo de Lumumba,  il faut être Patriote. Ce que nous ne voyons pas dans le Chef des acteurs politiques actuels qui vont tous à l’occident chercher le poste de président de la République tout en oubliant que c’est le peuple congolais qui votera le 23 décembre 2018. Quel mépris pour le peuple que l’on veut diriger et qu’on prétend représenter!

Quels les idéaux et valeurs que vous défendez ?

Les idéaux que nous défendons,  c’est l’épanouissement individuel de chaque Congolais et cet épanouissement passe par la mise en priorité des intérêts des Congolais d’abord. C’est juste une mise à jour des idéaux de Lumumba

Quelle est votre base électorale ?

Ma base électorale ce sont les 98% des appauvris qui se partagent les 2% de la richesse nationale

Il y a des plateformes d’opposition. Faites-vous partie de l’une d’elles ?

Toutes ces plateformes doivent obéir à la volonté exprimée par le peuple lors des consultations populaires en nous accompagnant comme candidat indépendant. Ma politique est basée sur le civisme et non le suivisme.

Quel est votre point de vue sur la crise préélectorale que traverse votre pays depuis deux ans ?

C’est une conséquence de manque de civisme de la classe politique actuelle qui ne respecte pas la constitution, le contrat social entre les gouvernants et les gouvernés.

Il y a une nouvelle race de leaders de nos jours qui accèdent au pouvoir. Kabila, Macron, Trudeau ; Renzi et bien d’autres ? Est-ce un message à la gérontocratie ou une génération de leaders précoces ?

Le succès de la nouvelle génération des politiciens est dû au fait que les défis auxquels est confrontée l’humanité actuellement nécessitent des nouvelles propositions de management, les anciennes méthodes ayant montré leurs limites. Quoi que je ne pense pas Kabila ait proposé cette nouvelle approche managériale pour faire face aux problèmes de la RDC.

Vous êtes dans le secteur de la téléphonie et des NTIC. Le numérique a été proposée par certains chefs de gouvernement européens comme une solution au chômage des jeunes, lors du dernier sommet UA/UE. Quel est l’avis de l’expert que vous êtes ?

Absolument, l’économie mondiale se construit autour de la gestion de l’information. Cela offre plusieurs opportunités aux jeunes qui peuvent devenir des selfs employeurs. Il y a d’ailleurs un grand chapitre sur cette question que nous maitrisons très bien dans notre projet de société.

Vous avez lancé des consultations populaires avec des volontaires. Quel est le résultat de ces consultations ?

Bien vouloir consulter l’acte d’engagement ci-dessous.

2 commentaires sur “RDC : ALAIN DANIEL SHEKOMBA : « Il faut sortir le Congo du coma dans lequel il se trouve »”

  1. Ping : Event 2 | Shekomba Solution

  2. Ping : Qui est Alain Daniel Shekomba | Shekomba Solution

Laisser un commentaire